Ethnographie économique : Journées Dystopies

S2, 30h, 6 ects, validable à l’ENS comme expérience transdisciplinaire

Ce séminaire organisé par Florence Weber (ENS-PSL, CMH) et Laurent Feller (Paris 1, LAMOP) est dédié à la mise en place d’une interdisciplinarité exigeante entre sciences de la nature et science des sociétés, pour analyser les enjeux environnementaux dans des sociétés passées et présentes à partir des relations qu’entretiennent les populations humaines aux territoires qu’elles habitent, qu’elles parcourent et qu’elles exploitent. Il organise depuis 2020 les Journées Dystopies, en accès libre. La validation concerne les étudiants mobilisés par cette organisation.

La séance du mardi 24 mai, 10h-17h, a été reportée au vendredi 27 mai. Elle aura lieu seulement en visio et sera enregistrée

https://webinaire.ehess.fr/b/web-rmn-cxj

10h : Articuler savoirs scientifiques et observation situées (Florence Weber)

10h15 : Utiliser l’histoire récente de la zoologie pour étudier les représentations iconographiques et textuelles de la loutre au Moyen-Âge (Maruja Mequinion)

10h45 : Les conditions de possibilité de l’enquête de terrain en Chine : le cas du "wetmarket" (cai shichang) après la Covid-19 (Nan Nan)

11h15 : Le rôle des sciences sociales dans la gouvernance locale en Chine (Kou Meng)

11h45 : Discussion

14h : Leila Brûlé-Kopp

14h30 : Camille Duhamel

15h : Héloïse Chauvel

15h30 : Juliana Mazzucotelli

16h : Discussion

Mardi 5 avril et jeudi 12 mai 2022, 10h-17h, salle Roncayolo

Nous faisons le pari d’une approche comparative entre le Moyen Âge et l’époque contemporaine pour trois raisons. Un/ La coopération entre sciences de la nature et science des sociétés dans des périodes caractérisées par la rareté des sources pourrait servir de modèle pour la pluridisciplinarité appliquée aux enjeux sociaux et environnementaux contemporains. Deux/ Le raisonnement sur des périodes longues caractérisées par des retournements conjoncturels majeurs pourrait servir de base pour penser la situation contemporaine. Trois/ L’histoire médiévale, tant dans sa dimension monographique que dans ses capacités de synthèse, pourrait constituer un outil de mise à distance des émotions et des conflits autour de la gestion des crises environnementales contemporaines, en lien avec les enjeux sanitaires, sociaux, économiques et géopolitiques.

Les Journées 2022 portent sur les déterminants et les effets des perceptions individuelles et collectives des dangers, et sur la construction sociale de leurs causes. Qui perçoit quel danger et à quel moment ? Sur quels savoirs et sur quels indices s’appuie cette perception ? Quelle est la légitimité de cette perception ? Comment les différents groupes sociaux s’adaptent-ils à un « système de dangers » ? Comment l’observateur, historien ou contemporain, peut-il identifier des moments critiques où les groupes sociaux passent d’une période de stabilité du système de perception et de gestion des dangers à une période de bouleversement de ce système ? Nous tenterons de formuler des hypothèses sur les liens entre perceptions des dangers, régimes de causalité, mobilités spatiales et attachement au territoire des différents groupes sociaux.

Mardi 5 avril 2022 : Travailler dans une équipe pluridisciplinaire

Avant et après la domestication des plantes et des animaux, la production humaine alimentaire et énergétique a eu affaire à la concurrence de plantes et d’animaux non domestiqués mais a pu également s’appuyer sur des alliés vivants ou inanimés. Les discussions contemporaines sur nature et culture n’ont-elles pas fait l’impasse sur l’histoire millénaire des paysanneries européennes ? Que s’est-il passé en Europe avant le développement d’une science agronomique européenne et tropicale et de travaux valorisant les ethnosciences ? Comment la question se pose-t-elle aujourd’hui dans les tentatives de transformation des pratiques agraires en France métropolitaine ? Enfin, quelles sont les conditions d’un dialogue pluridisciplinaire au-delà du cercle des sciences humaines et sociales ? Avec les exposés des étudiants puis Sylvie Bepoix (La pluridisciplinarité sciences de la nature-histoire économique, sociale et culturelle. Un point de vue d’historienne du Moyen-Âge) et Gaëlle Ronsin (Un point de vue de sociologue dans une équipe pluridisciplinaire).

Jeudi 12 mai 2022 : Rapport à l’incertitude et gestion des catastrophes. Journée organisée avec Benoît de l’Estoile et le projet CAPES-COFECUB « Gouverner l’incertitude : Territoires, marchés, maisons »

Comment des groupes sociaux, des sociétés et des gouvernements réagissent-ils face à l’imprévisible et à l’aléa d’une part, face aux destructions massives provoquées par des événements inattendus quoique parfois prévisibles (inondations, tremblements de terre, épidémies, guerres etc…) d’autre part ?

10h : Rapport à l’avenir et perception des dangers, par Florence Weber

10h15 : Quelques remarques sur crise et incertitude, par Benoît de l’Estoile (CNRS, CMH)

10h30-11h : Quelle crise ? La pandémie dans la favela de Maré, par Eugenia Motta, anthropologue (IESP, Université d’Etat de Rio de Janeiro)

11h15-11h45 : Maintenir l’édifice de la valeur. Intermédiaires financiers et autorités de régulation face à l’incertitude sur les prix de l’immobilier, par Marine Duros (sociologue et économiste, CMH)

12h : Discussion générale

14h : Projection du film Draquila (2010) de Sabina Guzzanti.

Laurent Feller : Les tremblements de terre dans les Abruzzes dans la longue durée, un révélateur du rapport à l’Etat

Federico Neiburg (Musée national, Université fédérale de Rio de Janeiro) : Gouvernement des catastrophes et questions d’échelle, perceptions du temps et de la crise - Quelques commentaires à propos de l’expérience haïtienne

Consulter les journées précédentes sur bbb :

https://webinaire.ehess.fr/b/web-rmn-cxj

Les précédentes Journées Dystopies

Une année de recherches partagées en histoire et en ethnographie économique au LAMOP (Paris 1) et au CMH (EHESS&ENS) sur les mouvements de population et les processus d’enrichissement et d’appauvrissement des territoires, au Moyen Âge et dans le monde contemporain, a débouché sur l’organisation des Journées Dystopies 2020 et 2021. Le programme et la bibliographie des Journées sont disponibles auprès de Florence Weber. Les journées sont enregistrées (à l’exception des exposés sur des enquêtes en cours) et ces archives restent disponibles sur le lien du séminaire à partir du lendemain de chaque séance.