Gouverner l’Incertitude : pratiques quotidiennes et modes de gouvernement

Mardi, bi-mensuel. 16h00-18h30, à partir du 13 octobre
Jourdan ENS - Lucy PRENANT (R3-35)

Gouverner l’Incertitude : pratiques quotidiennes et modes de gouvernement

Benoît de L’Estoile, directeur de recherche au CNRS (CMH), professeur à l’ ENS

S1S2, 9 ECTS

La nécessité de faire face à l’incertitude se pose tant dans nos conduites quotidiennes que pour le gouvernement des États, voire au niveau supra-étatique. Elle concerne à la fois le présent, portant à la fois sur la définition de la situation et sur ce qu’il convient de faire, et l’avenir. Si cette question s’est imposée à chacun pendant la pandémie de COVID-19, mettant en question les routines et les évidences, transformant les temporalités et les attentes de l’avenir, cette expérience, n’a fait que rendre plus évidentes à la fois la diversité des modalités de l’incertitude et la pluralité des attitudes à son égard. 

Le séminaire abordera la question de l’incertitude dans une perspective d’anthropologie politique et d’anthropologie de la connaissance. On s’efforcera d’une part d’analyser la pluralité des façons dont ce que nous appelons génériquement « incertitude » est vécu, et formulé dans des contextes divers, en lien avec les attentes, l’espoir, la confiance, la crainte, etc, et d’autre part de comprendre comment d’un contexte à l’autre les acteurs font, dans leurs pratiques, diversement face à l’incertitude, considérée à la fois comme un défi et une ressource. On abordera l’incertitude comme objet d’enquêtes ethnographiques, tout en l’intégrant dans une démarche comparative.

L’incertitude apparaît également comme un enjeu de pouvoir. La capacité de contrôler l’incertitude, ou, inversement, la capacité de produire de l’incertitude, permettent à certains acteurs d’exercer du pouvoir sur les autres, ou de garantir des formes d’autonomie. 

On explorera les diverses modalités d’incertitude, et les façons dont on tente d’y faire face à différentes échelles, qu’il s’agisse de « gouverner sa vie », « gouverner sa maison », gouverner un territoire, ou gouverner des marchés. On interrogera en particulier les façons dont les transformations des espaces de contraintes et d’opportunités et la diversité des cadres de référence des acteurs contribuent à définir les pratiques. La dimension résolument ethnographique de cette entreprise correspond à un point de vue privilégiant les conceptions natives (celles de nos interlocuteurs sur le terrain).

Le séminaire s’inscrit dans le prolongement du séminaire « Oikonomia : gouverner les pratiques quotidiennes ». Il est associé au projet de recherche franco-brésilien « Gouverner l’incertitude : territoires, marchés, maisons » (Capes-Cofecub).

Chaque séance s’appuie la lecture préalable de textes, classiques ou de recherches en cours.

Certaines séances seront éventuellement sous forme virtuelle.

validation du cours : assiduité complète et rédaction d’un essai court sur les thématiques du séminaire

Mardi 16h00-18h30, ENS Jourdan. salle Lucy PRENANT (R3-35)

(deux fois par mois en principe)

 

Programme prochainement annoncé.

 

Toute personne intéressée par le séminaire, écrire à blestoile@gmail.com

 page Facebook : Anthrop’ENS